• Calling on Europe to support operational research in low-income and middle-income countries

      Quaglio, GianLuca; Ramsay, Andy; Harries, Anthony D; Karapiperis, Theodoros; Putoto, Giovanni; Dye, Chris; Olesen, Ole F; Tomson, Göran; Zachariah, Rony (Elsevier Ltd, 2014-06-10)
    • Capitalisation de la mise en œuvre de la chimio-prévention du paludisme saisonnier au Niger

      Koscalova, Alena; Ousmane, Fassouma; Jimenez, Enrique; Médecins Sans Frontiéres (2014-11-18)
      La chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) a été mise en œuvre au Niger en 2013, conformément aux recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et à la politique nationale de lutte contre le paludisme (PNLP). Elle s'est déroulée sous la forme d'une campagne de masse qui a consisté en l'administration de doses curatives de sulphadoxine-pyriméthamine et d'amodiaquine durant trois jours, à un mois d'intervalle entre juillet et novembre, aux enfants de 3 à 59 mois. La population cible des enfants de 3 à 59 mois résidant dans 12 aires de santé (AS) de cinq districts sanitaires (DS) (Magaria, Madaoua, Bouza, Madaraounfa et Guidam-Roumdji) répartis dans trois régions du Niger (Zinder, Tahoua, Maradi) a été initialement estimée à 139 000. Cette estimation a été revue à la hausse de 50 % à l'issue de recensements exhaustifs effectués dans les différents DS, portant le nombre total d'enfants ciblés par la CPS à 206 000. Les médicaments de CPS, disponibles sous la forme de plaquettes alvéolées combinant le SP et l'AQ, ont été distribués par plus de 2 000 agents communautaires encadrés par 90 superviseurs, et ce, sur un ensemble de 179 sites fixes et de 75 sites fixes avancés et par 99 équipes faisant du porte-à-porte. Seules les équipes du COB dans le DS de Guidam Roumdji ont surveillé la prise des médicaments pendant les trois jours. Dans les autres DS, seule la première dose de médicaments a été administrée sous surveillance, les deux autres ont été administrées à domicile par les accompagnants.
    • Capitalisation de la mise en œuvre de la chimio-prévention du paludisme saisonnier au Niger

      Koscalova, Alena; MSF (2015-09-30)
      La chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) a été mise en œuvre au Niger depuis 2013, conformément aux recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et à la politique nationale de lutte contre le paludisme. Elle se déroule sous la forme d’une campagne de masse qui consiste en l’administration de doses curatives de sulphadoxine-pyriméthamine (SP) et d'amodiaquine (AQ) durant trois jours, à 28 jours d’intervalle entre juillet et novembre, aux enfants de 3 à 59 mois. Les résultats de ce travail de capitalisation montrent que la mise en œuvre de la CPS dans le contexte du Niger a été réussite et ceci même avec une population cible qui a plus que doublé par rapport à l’année 2013. Cependant, nous ne constatons pas de simplification attendue du mode opératoire qui pourtant pourrait se traduire par une diminution des ressources humaines déployées et ainsi par une réduction considérable du coût de la CPS. Nous tenons à souligner que pour alléger de manière concrète l’implémentation de la CPS, MSF devrait envisager de tester des modes opératoires plus « osés » (p.ex. la distribution de plaquettes entières via les structures sanitaires), et ceci notamment dans les zones où la population est déjà habituée à la CPS et adhère bien à cette stratégie préventive. MSF a démontré la faisabilité de combiner la CPS avec d’autres activités préventives, notamment avec la distribution de Plumpy’Doz™, d’Albendazole, de moustiquaires imprégnés, ainsi qu’avec la vaccination de routine.
    • Capitalisation of the handover of the MSF-CRENI to the Zinder National Hospital, Niger

      Novoa, Jonathan (2015-03-06)
      The MSF-OCG handover process of the nutritional programme in Zinder was evaluated with the objective to assess best practices, challenges and lessons learnt of the handover/integration process of the Zinder CRENI to the hospital, with the main purpose to improve handover processes in such contexts as well as decision-making in future projects. The evaluation has confirmed the pertinence of MSF in Zinder since 2005 and has contributed to the reduction of the infant mortality rate. However, there are several issues that need to be considered to guarantee the continuity of the activities in the CRENI with good quality standards of care.
    • Challenges in Diagnosing Human African Trypanosomiasis: Evaluation of the MSF OCG project in Dingila, DRC

      Van Nieuwenhove, Simon (2015-11-04)
      Between late 2010 and the end of 2014 and under extremely difficult conditions, Médecins sans Frontières (MSF) carried out a project to combat Human African Trypanosomiasis (HAT), also known as sleeping sickness, in the Dingila, Ango and Zobia regions of Orientale Province in the Democratic Republic of Congo (DRC). HAT in DRC is caused by Trypanosoma brucei gambiense and is transmitted by the tsetse fly (Glossina genus) of the Palpalis group. Without effective treatment, virtually all first-stage HAT patients and one hundred per cent of second-stage patients will die.
    • Dadaab to Somalia: Pushed Back Into Peril

      Medecins Sans Frontieres (2016-10)
    • Dagahaley Refugee Camp, Dadaab, Kenya

      Cyr, J; Watson-Stryker, E (Medecins Sans Frontieres, Switzerland, 2016-10)
    • Decentralisation of HIV/TB care in Shiselweni region of Swaziland

      Mzia Turashvili, Vienna Evaluation Unit; MSF (MSF, 2013-12)
    • Decentralisation of HIV/TB care in Shiselweni region of Swaziland: making a difference

      Turashvili, Mzia; Becher, Heidi; Kerschberger, Bernhard; Jouquet, Guillaume; Browne, Micheál; Haye, Jean Louis; Julliot, Yannick; Kurniasari, Miladi; Lachat, Sarah; Obregon, George; et al. (Vienna Evaluation Unit, 2014-09-01)
      The example of Shishelweni demonstrates that in the context of high prevalence of HIV/TB infections and limited resources available decentralisation of HIV and TB care from regional and district hospitals to primary health care clinics and community level is the way to improve access, coverage, effectiveness and efficiency of service delivery. It also improves satisfaction and acceptance of health service providers, direct beneficiaries and the wider community. In conclusion, decentralised health care with task shifting in Shiselweni has strengthened human resources for health, empowered PLWHA and the wider community. It resulted in improved access and better direct treatment outcomes. Through lowered burden of the opportunistic infections it might have contributed to the overall reduction of mortality in the region. Decentralization is an efficient way of using scarce resources; therefore it requires strong commitment from all stakeholders, in terms of adequate policies, practices and effective funding mechanisms.
    • Défis en matière de diagnostic de la Trypanosomiase Humaine Africaine

      Van Nieuwenhove, Simon (2015-11-04)
      Entre fin 2010 et fin 2014, Médecins sans Frontières a, dans des conditions extrêmement difficiles, mené un projet de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine (THA) ou maladie du sommeil dans la région de Dingila, Ango et Zobia, dans la Province Orientale de la République Démocratique du Congo (RDC). La THA en RDC est causée par Trypanosoma brucei gambiense et y est transmise par des glossines (mouches tsé-tsé) du groupe palpalis. Sans traitement efficace, quasiment tous les malades du premier stade et cent pourcent des malades au deuxième stade de la THA décèdent.
    • Diabetes service evaluation (2014-2017) – main findings from Mweso, North Kivu, the Democratic Republic of Congo

      Jobanputra, Kiran; Ansbro, Eimhin; MSF OCA (2018-09)
      Médecins sans Frontières (MSF) has been implementing an Integrated Diabetic Clinic within the Outpatient Department of Mweso District General Hospital since 2014 in the insecure conflict-affected area of Mweso in North Kivu in the Democratic Republic of Congo (DRC). The aim of this evaluation was to examine the effectiveness of this diabetes programme, the challenges and facilitators relating to adoption and acceptance by staff and patients, and the lessons learnt from implementation that can be generalised to comparable settings. Specifically, we aimed to identify the essential elements of a simple model of care for diabetes that can be applied in humanitarian contexts.
    • Diagnostics différentiels de l’ulcère de Buruli : données d’Akonolinga, Cameroun

      Trellu, Laurence Toutous; Nkemenang, Patrick; Bastard, Mathieu; Ehounou, Geneviève; Eyangoh, Sara; Mboua, Bitoungui; Rambaud-Althaus, Clotilde; Rusch, Barbara; Comte, Eric; Njih Tabah, Earnest; et al. (Elsevier, 2014-12)
    • Effectiveness of nutritional supplementation (ready-to-use therapeutic food and multi micronutrient) in preventing malnutrition in children 6-59 months with infection (malaria, pneumonia, diarrhoea) in Uganda

      Núria Salse; Núria Salse; Todd Swarthout; Kasujja Francis Xavier; Akiko Matsumoto; Christine Zahm; Kisambu James; Otelu Edyegu Grace; Pedro Pablo Palma; Veronique De Clerck; et al. (MSF OCA, 2013-09)
    • Emergency response to Typhoon Haiyan

      Curtis, David; Allie, Marie-Pierre Dr (2015-03-06)
      The Intersectional Philippines MSF Typhoon Haiyan Emergency Response review was requested by the Executive Committee of MSF. It was designed to examine the operational choices of each Operational Centre, the perceived cost disparity, the role of the MSF regional offices in the emergency and the external perception regarding MSF’s added value in the response. The review took place during August and November 2014. Overall the response by MSF to Typhoon Haiyan was well perceived by all involved. The response was timely compared to other actors, but the first MSF consultations were only done six days after the emergency and MSF’s surgical services commenced only after two weeks. The very low surgical activities done by OCB and OCBA raised the question of pertinence of the decision to send and setup an OT, especially as they were not functioning until two weeks after the typhoon. The presence of five OCs allowed for a good geographical coverage which was appreciated by the authorities and it allowed for a good contextual understanding and provision of a wide range of assistance. There was a cost disparity regarding the different operational choices and strategies which resulted in a wide difference between budgets. The MSF response was perceived as having had an added value and played an important role in the overall response, especially regarding the input provided by MSF as part of the foreign medical teams. The main obstacle remains the difficulty of access in natural disasters. From an MSF perspective the issue of supply remains a constraint, even though this doesn’t seem to be the case for OCB. How many resources are allocated towards managing supply in an emergency is still an issue for some OCs.
    • Enquête Connaissances Attitudes Pratiques (CAP) sur les moustiquaires dans la population de la préfecture de Kouroussa, Région de Kankan ; Guinée

      Molima, Gustave; Genin, Thibaud; Ngwa, wilfred; Adjaho, Ismaël; Haba, Benoit; Camara, Alioune; Camara, Denka; MSF OCB (MSF, 2018-06)
    • Enquête de couverture vaccinale multi antigénique Préfecture de Kouroussa

      Ngwa, W; Mupenda, J; Haba, B; Nanan-N'Zeth, K; Bachy, C; Pineda, S (2019-06-25)
      Objectif général Estimer la couverture vaccinale contre la rougeole chez les enfants âgés de 6 mois à 59 mois après la campagne de vaccination de masse appuyée par MSF au mois de décembre 2018 dans la Préfecture de Kouroussa. Décrire la couverture vaccinale par groupe d'âge des antigènes inclus dans le programme national de vaccination du PEV chez les enfants âgées de 6 semaines à 59 mois [BCG, VPO, DTC-Hib-HepB, et fièvre jaune]. Objectifs spécifiques  Estimer le nombre de doses reçues par enfant;  Décrire les raisons de non vaccination;  Décrire les moyens utilisés par la population pour s'informer de la campagne de vaccination. Design Il s’agit d’une enquête transversale en population dans la préfecture de Kouroussa, avec sondage aléatoire en grappe à deux degrés. Population cible La population cible était constituée des enfants de moins de 59 mois résidant dans la Préfecture de Kouroussa. Résultats L’enquête de couverture vaccinale s’est déroulée du 8 au 18 février 2019 dans les 12 sous-préfectures de Kouroussa. Au total 439 ménages et 1.340 enfants âgés de 0 à 59 mois ont été inclus dans l’enquête. Le pourcentage de rétention de la carte de vaccination est faible: 61,6% [95% IC 54,5 – 68,7] pour l’ensemble de l’échantillon. La plupart de l’échantillon est constitué d’enfants de plus de 23 mois [64%]. Le ratio masculin/féminin est de 1,0 Rougeole: couverture vaccinale pour les enfants de 9 mois à 59 mois est de 94,1% [IC=91,5 – 96,6]. Par tranche d’âge, le groupe de 9 mois à 11 mois, est le seul dont la couverture est inférieure à 90%, mais restée supérieure à 85%. Parmi les enfants entre 12 et 23 mois la couverture est 93,5% [IC=89,2 – 97,9]. Les taux de couverture vaccinale, pour les autres différents antigènes2: après analyse, il a été observé que les résultats de la couverture vaccinale [basés sur la déclaration de la mère] chez les enfants âgées de plus de 23 mois risquaient être fortement affectés par le biais de la désirabilité sociale. Par conséquent, les résultats sont présentés comme suit pour BCG, Polio, Penta et Fièvre jaune:  Enfants ≤ 23 mois : couverture vaccinale basée sur la carte de vaccination et les déclarations des mères  Enfants ≥ 24 mois : Couverture vaccinale basée seulement sur la carte de vaccination Parmi les enfants entre 12 et 23 mois, 93% ont reçu une vaccination BCG. Pour Polio et Penta, la première dose de chaque vaccin a été administrée respectivement à plus de 97% et 93% des enfants. Ce taux recule pour n’atteindre que 94% pour la deuxième dose de Polio et 90% pour Penta et entre 91% et 88% pour la troisième dose respectivement. Par rapport à la vaccination contre la fièvre jaune, la couverture est 67% pour les enfants entre 9 mois et 11 mois et 88% pour les enfants entre 12 mois et 23 mois. Chez les enfants âgés de 23 mois, la couverture vaccinale ne prenant en compte que les cartes de vaccination varie de 38% pour la première dose de polio / penta et de 34% pour la troisième dose, 41% pour le BCG et 32% pour la fièvre jaune. Les principales raisons de non-vaccination sont regroupées comme Manque d’opportunité [36,5%], Obstacles [25,9%] et le manque de motivation [20,4%]. Les relais communautaires étaient la source principale d’information [54%] sur la campagne de vaccination de masse contre la rougeole menée par MSF en décembre 2018 Conclusions 1. PEV assez performant. 2. Couverture vaccinale des enfants de 12 à 23 mois très satisfaisante pour toutes les vaccinations [> 85%]. 3. Haut pourcentage d’enfants entre 12 et 23 mois complètement vaccinés [77,9% CI 95% : 71,2 – 84,6] 4. Faible rétention de la carte de vaccination et / ou la carte de vaccination non mise à jour. [souvent plusieurs cartes de vaccination pour le même enfant] 5. Les principaux motifs de non-vaccination sont liés à sont liés au manque d'opportunités [absence/voyage des enfants/parents] et d'obstacles [pas de poste de santé] 6. La principale source d'information sur la campagne de vaccination contre la rougeole menée en décembre 2018 était les relais communautaires [54%] 7. La couverture vaccinale contre la rougeole globale est de 94,1% [IC=91,5 – 96,6] et reste supérieure à 90% dans tous les groupes d’âge, à l’exception des enfants entre 9 et 11 mois.